opérant à la fois dans les champs de l’art contemporain, de la poésie, de l’anthropologie et de la linguistique, le travail de frédéric dumond interroge les rapports entre monde et langage
il explore la question du sens : quelles sont les articulations, les formes, les chemins qui le font advenir. par quelles émotions, quels troubles, quels détours, quels ressorts il se construit, il structure la langue
étant donné la nature vibratoire, sonore, sémantique et visuelle de toute langue, il écrit et crée des pièces sous forme de performances, dessins, sérigraphies, livres d’artiste et recueils de poèmes, installations, application Apple, séries photographiques...
le «projet glossolalie», sur lequel il travaille depuis 2011, inscrit plus spécifiquement et vertigineusement cette exploration sur le terrain des 7000 langues encore répertoriées dans le monde
ce projet, comme le projet «humanos monumentos / humains monuments» développé au Mexique avec?des communautés autochtones et des universités, interroge la notion d’appartenance de la langue en évoquant les questions liées de territoire, de domination, colonisation, frontière et migration : que signifie, par exemple, convoquer l’ensemble des langues du monde quand le temps est celui de la mondialisation de cultures qui se veulent souveraines et universelles ?
la question de la langue comme une arme est au coeur de sa recherche actuelle

avant 2011, il a questionné le potentiel littéraire du réel en créant des textes et pièces d’écriture à partir de contrats d’assurance, de notices de médicaments, émissions de télévision ou de radio, conversations de rue, panneaux d’affichage et enseignes, publicités, poèmes explorant des textes législatifs...
site web : fredericdumond.xyz

fredericdumond.xyz



© Tonatiuh Ambrosetti